Livres à lire: Désintégration d’Ahmed Djouder

ahmed djouder

« Dit-on de Polonais ou d’Américains qu’ils sont des immigrés de la 3e génération ? Pourquoi réserve-ton un sort particulier aux Arabes ? Pourquoi nous font-ils peur et pourquoi ont-ils peur de la France ? L’auteur nous donne sa lecture de cette crise des banlieues qui a fait trembler la France. ‘Vous connaissez des Arabes qui ont réussi ? Bon, il y a bien quelques institutrices, enseignants, assistantes sociales, infirmiers, journalistes, chirurgiens, sportifs, avocats, fonctionnaires… Et de bonnes pelletées d’ouvriers, de vendeurs, d’éboueurs, de soudeurs, de maçons, d’employés sous-payés… Vous savez pourquoi on trouve plus d’immigrés qui ont réussi dans le show-business ? Parce que c’est le domaine des artistes. De tout temps, les artistes ont été des marginaux. Et puis c’est une autre bonne conscience de la société. Alors on voit émerger quelques chanteurs, humoristes ou acteurs. Sauf quand ils doivent être sauvés par le public dans les émissions de télé-réalité. Parce que s’ils sont arabes ou blacks, c’est curieux ils ne gagnent jamais, ils arrivent en finale certes mais basta. Le public ne peut pas laisser un Arabe gagner, ce serait s’avouer vaincu. »

Fête du travailleur catalan! L’édition 2009.

Fresque

Fête du tc

Les 3 et 4 juillet, le MRAP 66 figurait parmi les associations, participants à la fête du Travailleur Catalan.

En s’arrêtant à notre stand d’information, chacun a pu découvrir ou mieux connaître les activités/actions que mène le MRAP 66: DALO (Droit Au Logement Opposable), droit des étrangers, CEFADEC (Centre de Formation Anti-Discrimination), cafés citoyens, cafés rencontres,…

A travers une activité originale et conviviale, la réalisation d’un tableau en patchwork, le public, toutes générations confondues, a pu amener sa touche anti-discrimination en le complétant par des messages de solidarité, de paix, de respect…

Le MRAP 66 est heureux de voir que cette activité a suscité l’enthousiasme de nos artistes en herbe.

Lorène et Florence.