Arrivée de la marche pour la paix et la non violence: Témoignage.

« Je suis rentrée voilà maintenant une bonne semaine de mon périple chilien et argentin.
J’ai en pris plein les yeux, et surtout plein le cœur; de belles retrouvailles avec d’anciens amis; des échanges riches et simples avec des gens tellement diverses et tellement semblables dans leurs aspirations et leurs recherches;
la certitude qu’il y a au fond de moi comme au fond de chacun le meilleur qui ne demande qu’à s’exprimer quand on s’ouvre… et que la non-violence a toute sa place dans le monde!
Sans doute avez-vous vu quelques photos et vidéos…
Avec quelques amis j’ai pris soin de bruler nos demandes de Paix et de Non-Violence collectées à Perpignan et d’envoyer les cendres dans le vent à Punta de vacas (ce n’est pas la tramontane mais ça souffle fort aussi!).
Depuis la vie quotidienne à repris son cour mais je m’efforce de la vivre en sentant cet espoir en moi.
J’espère qu’on pourra se revoir très bientôt, pour le plaisir et aussi pour la suite aux vues des actualités et des actions.
Je vous embrasse fort. »
T.Odile,membre du collectif du 2 octobre.

RESF* 66: Sit-in mercredi 27 janvier à partir de 18h devant la Préfecture

Depuis les prises de fonction de notre nouveau Préfet, en août 2009, le RESF n’a jamais été reçu, ni par le Préfet, ni par le Secrétaire Général.
Nous avons pourtant dans notre département des familles qui ont tous les « critères » édictés par le gouvernement pour être régularisées (promesse d’embauche, pratique du français, enfants scolarisés…), mais que l’on fait attendre depuis des mois.
Mais nous ne pouvons faire entendre notre voix. Faute d’être reçus.
Une promesse d’entretien nous a été faite le 28 décembre. Depuis on nous balade de coups de téléphone en coups de téléphone.

Ca ne peut plus durer !

Nous devons être reçus pour avoir l’occasion de défendre ces familles et obtenir leur régularisation.
De plus deux de nos six familles arméniennes en attente de régularisation, logées à l’heure actuelle en hôtel dans des conditions indignes, seront mises dehors le 10 février.
Des enfants de 9 mois, 2 ans et demi, 15 ans et 17 ans vont se retrouver sans toit d’ici quelques jours.

Il y a urgence !

Le RESF appelle tous les citoyens choqués par cette situation à se mobiliser ce

mercredi 27 janvier à partir de 18h
devant la Préfecture

Nous ferons un sit-in, chacun avec une bougie allumée en signe d’espoir,
jusqu’à ce que nous soyons reçus
par Monsieur le Préfet ou par le Secrétaire Général de la Préfecture.

Aidez-nous à ré-ouvrir le dialogue avec la Préfecture en venant nombreux et en informant très largement autour de vous sur cette initiative.

* Réseau d’éducation sans frontières

17 février: Les mercredis « Café culture(s) »

* 17 Février, 19hà23h
* Théâtre de la complicité, rue St Matthieu
* Organisé par : MRAP 66

Projection de « Zoo humain »

« Le terme de zoo humain est apparu dans les années 2000 pour décrire une attitude culturelle qui a prévalu dans les empires coloniaux jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Il a été popularisé par la publication en 2002 de l’ouvrage Zoos humains; De la Vénus Hottentote aux reality show, sous la direction de Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Éric Deroo et Sandrine Lemaire historiens français spécialistes du phénomène colonial [1].

Les expositions coloniales furent l’occasion de présenter au public de la métropole un échantillon des divers peuples colonisés mis en situation forcée dans un environnement reconstitué. »

Intervenant: Pierre Toto
Soupe surprise.

Prix minimal de la soupe 2€ chacune au Théâtre de la complicité, rue St Matthieu, mercredi 17 février de 19hà23h.

Soyez nombreux.

Ps:

Si vous vous sentez l’âme d’un cuistot, ou tout simplement que vous avez envie de nous faire partager un plat que vous aimez ou qui relève de votre culture… ou encore si vous souhaitez aborder un thème de discussion qui vous tient à cœur, merci de nous le faire savoir.

Les voeux du MRAP 66 à ses militants.

Ce sont une trentaine de militants qui ont participé au pot de l’amitié au MRAP Esplanades vendredi 15 janvier.
Jean-Jacques Cadéac le Président a remercié chacun de son implication dans les actions du MRAP66.
En effet la présence des militants sur le terrain au coté du conseil d’administration et des salariés est essentielle.
Une galette des rois a clôturé ce moment convivial où le président à insister sur le fait que les militants constituent la force d’une association. Il en a appelé à toute les bonnes volontés pour qu’elles puissent se joindre à notre équipe.

RESF 66:Appel à la generosité et à la solidarité.

« Chers amis,
Une fois encore nous faisons appel à vous.
Nos deux familles arméniennes, logées à l’Hôtel Terminus, n’en peuvent plus! Logés dans des conditions indignes ils sont désespérés.
Une est une famille avec 3 enfants dont deux grands (de 16 et 17 ans) et un de 3 ans.
L’autre avec un enfant de 2 ans 1/2 et un bébé de 7 mois.Il s’agit d’une solution d’urgence et d’attente. Quelques jours au plus.
De notre côté, nous recontactons la Préfecture et la Mairie à leur sujet.
Merci de diffuser l’info si vous n’avez pas de solution personnelle.
Nous comptons sur vous. »
Anne-Marie Delcamp

Pour plus d’informations, merci de nous contacter au 06 64 21 26 59.

Cordialement Patrick Lecroq.

Une affaire de nègres: film de la Camerounaise Osvalde Lewat.

« On dit des Africains qu’ils ne sont pas prêts pour la démocratie…Ont-ils jamais été prêts pour la dictature ? »

Wole Soyinka (Nigeria), Prix Nobel de Littérature

Proclamée officiellement « Année de l’Afrique » en France, l’année 2010, qui marque le cinquantenaire des (in)dépendances africaines, sera l’occasion de vous proposer d’autres regards, d’autres images, d’autres informations sur ce continent livré à la prédation et à l’arbitraire au nom de notre bien-être.
Pour commencer cette année, Survie Languedoc-Roussillon vous propose un film-choc de la Camerounaise Osvalde Lewat, Une affaire de nègres, sur une opération de nettoyage social menée par la police de Douala, qui procéda en 2000 à 1600 exécutions extrajudiciaires, en toute impunité. La cinéaste a accompagné les familles des victimes dans leur quête de justice, pour délivrer un message universel.
Les projections à Montpellier, Carcassonne et Perpignan seront suivie de débats avec Odile Biyidi-Awala, présidente de Survie, dont le Cameroun est la seconde patrie.

MONTPELLIER – Jeudi 14 janvier 2010 : Projection présentée par O. Biyidi, au cinéma Diagonal Capitole, 5 rue de Verdun, à 18 h 00, suivie de la conférence-débat d’Odile Biyidi, sur « Cinquante ans d’in-dépendances africaines » à l’EMLK, 27 Boulevard Louis-Blanc, à 20 h.

PERPIGNAN – Vendredi 15 janvier, 21 h.: Projection suivie de débat au cinéma Rive Gauche, 29 Quai Vauban

CARCASSONNE – Samedi 16 janvier, 17 h.: Projection suivie de débat au cinéma Le Colisée, 9 Bd. Omer-Sarraut