Carlos Ouedraogo: Compte rendu de la conférence et du spectacle.

Vendredi 23 avril à 18h30, les associations Yiri Africa et MRAP 66 ainsi que l’Association des Étudiants Ivoiriens de l’Université de Perpignan ont accueilli dans les locaux du Conseil Général Carlos Ouedraogo (auteur, cinéaste et metteur en scène burkinabé) pour une conférence-débat traitant de « la place et le rôle des femmes dans les cultures et les civilisations africaines ».

En nous exposant des éléments sur la condition féminine du temps de l’Antiquité dans différentes civilisations (grecque, romaine, du peuple hébreux, des sociétés arabes…), Carlos nous a expliqué que la société africaine, du fait d’un cadre socioculturel différent, reposait avant tout sur des valeurs matriarcales. Ceci étant, les luttes féminines, emmenées par le mouvement du « womanism » y sont différentes des luttes occidentales et visent d’avantage la conquête d’un pouvoir économique et la revendication d’un droit à exercer une activité rémunératrice. Pour finir, l’assemblée présente relèvera une phrase connue en Afrique pour décrire les relations homme/femme assez pertinente « La barbe exécute le jour ce que la tresse lui conseille la nuit. » À méditer…

Le samedi 24 au soir, c’est au théâtre de l’Échappée que Carlos Ouedraogo nous a proposé un spectacle intitulé «Courtoisie élégante des chevaliers du Mali » où, sous « l’arbre à palabres », il nous a emmenés en voyage à travers ce conte dans le Mali du XIIIème siècle. Les spectateurs ont pu participer à la représentation en chantant, en répondant à des énigmes…Ils ont ensuite pu se retrouver autour d’un buffet asiatique pour échanger leurs impressions.

L. Lorène.

Publicités

Maxime Paillard.

Un mercredi par mois le MRAP 66 en partenariat avec le théâtre de la complicité organise des mercredis culture. Le but de ces soirées est de discuter autour d’une soupe sur un thème précis.
Ce mercredi 7 avril la musique de Maxime Paillard était à l’honneur. C’est en compagnie de Laura percussionniste qu’il nous a transportés dans une musique entrainante mais néanmoins engagé. En effet lorsque l’on s’attarde sur ses textes, on s’aperçoit rapidement que l’artiste ne pratique pas la langue de bois. Chanter, tout en dénonçant les travers d’une société individualiste il en était question pendant près de deux heures.
La soirée s’est terminé autours d’une soupe algérienne, un moment convivial qui nous a permis de discuter avec Maxime et d’aborder ses projets futur. A noter sa participation au festival Siroco du 11 au 15 mai et au 30ème anniversaire du MRAP 66 qui sera célébré à Villefranche de Conflent le 5 juin 2010.

RESF 66 communique.

« Les familles pour lesquelles nous avons obtenu, grâce à votre mobilisation, des titres de séjour doivent payer un timbre fiscal de 300 euros par personne. Dans l’immédiat, 2 couples, soit 4 personnes, doivent payer au gouvernement français 1.200 euros que nous n’avons évidemment pas en caisse
et qu’ils n’ont évidemment pas en poche vu qu’ils n’ont pas droit au travail.

Nous avons donc décidé d’une initiative, « repas arménien », dimanche 9 mai midi, soit à Alenya soit à Toulouges, avec une animation musicale et des
jeux, moyennant 10 euros par personne, histoire de récupérer des fonds. Et aussi de sensibiliser au-delà du cercle militant.

Pour finaliser cette initiative, nous proposons une :
Assemblée générale à tous les membres du RESF, Mercredi 7 avril à 18h à la Bourse du Travail, Place Rigaud.

Nous comptons bien sûr sur votre présence à cette AG. Si vous ne pouvez vous y rendre, vous aurez compris que toute aide financière sera la bienvenue. »

Café citoyen: « Les dangers d’une société de surveillance : ne nous en fichons pas!»

Le MRAP66 organise en partenariat avec la Ligue des Droits de l’Homme un café citoyen le mercredi 7 avril 2010 à 18h30 au restaurant le Lisboa* (Place Rigaud) Perpignan, autour de la légitimité des caméras de surveillance.
Devant la politique du tout répressif et du tout sécuritaire jusqu’où va-t-on aller ?
Jusqu’à quel point nos libertés individuelles sont elles mises en cause?
Une étude de Scotland Yard a pourtant démontré l’inefficacité globale des caméras installées à Londres. Alors qu’en France, aucune étude scientifique indépendante n’a été réalisée sur l’apport réel des caméras, davantage de mesure aurait été préférable.

Venez en débattre.

* Le restaurant le Lisboa nous accueille gratuitement, cependant les consommations restent à la charge des participants.