Gens du Voyage, Roms, Gitans…

A l’occasion des journées européennes du patrimoine, le Conseil général des Pyrénées orientales a organisé 2 jours de manifestations au tristement célèbre camp de Rivesaltes qui a vu l’internement des parias du moment : Républicains Espagnols, Juifs, Tziganes, Juifs, Harkis et pour enfin jusqu’à tout dernièrement un « centre de rétention administrative » pour les étrangers sans papier.

Rivesaltes était l’un de ces camps ou des responsables politiques se sont donné le droit de vie ou de mort sur des gens qui ne vivaient pas selon la norme établie, qui n’avaient pas la bonne religion, la bonne manière de penser, de vivre… Les Harkis qui pensaient avoir choisi le bon camp s’y retrouvèrent parqués pour tout remerciement de la patrie reconnaissante. Enfin y furent emprisonnées ceux qui avaient eu le malheur de naitre dans un pays pauvre et cherchaient la terre promise…

2010 étant l’année de commémoration de l’internement des tziganes en France pendant la seconde guerre mondiale, c’est le bon temps pour faire des parallèles et réfléchir un peu…

Difficile donc de ne pas faire des parallèles entre ce qui se passe aujourd’hui avec le démantèlement des camps de Roms à travers la France et l’internement des Tziganes au camp de Rivesaltes… Même si ces Tziganes étaient français dans leur extrême majorité, on refusait à ces « bohémiens » de bénéficier comme chaque français de l’Article 1er de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : « Les hommes naissent libres et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. » et sur le fait que l’égalité est le fondement de la République ».

Si aujourd’hui on n’interne plus les tziganes ou les gens du voyage, il n’en reste pas moins que qu’on ne les considère toujours pas comme des citoyens à part entière puisqu’ils doivent, par exemple, présenter un carnet de circulation tous les 3 mois à la gendarmerie… Coupable d’exister et puni par la loi même quand un petit maire leur fait couper l’électricité au risque de mettre des enfants en bas âges, des personnes âgées ou des malades en situation de danger, sous prétexte que leur terrain n’est pas dans la bonne zone (PIA par exemple)… toujours coupable quand ils s’installent sur un terrain qui ne leur est pas réservé alors que 60% des communes n’ont pas construit les aires d’accueils prévues par la loi et ne sont, elles, jamais inquiétées par la justice…. Internés physiquement les Gens du Voyage? NON, mais parias toujours et sans droit.

Comment ne pas faire de parallèle quand on voit l’état de délabrement du quartier Saint Jacques de Perpignan avec son cortège de malheur, de chômage endémique, de drogue, de violence et d’habitat indigne ? Une faute partagée ou chacun doit prendre ses responsabilités ? Peut-être. Un quartier laissé à l’abandon avec des habitants qui n’ont plus espoir de s’en sortir ? Surement.
Quand y aura-t-il une véritable volonté politique de mettre en place un projet de développement global –économique, social, culturel et urbanistique ?- La mairie attend-elle que les gens quittent les lieux, quand elle ne les reloge pas ailleurs, pour que les bobos viennent s’installer ? Quel gâteau pour les promoteurs immobiliers n’est-ce pas !!

Aujourd’hui je fais un parallèle entre les gitans, les gens du voyage et les Roms car ils sont arrivés en France et en Europe voilà près de 6 siècles sans doute chassés de l’Inde du Nord-Ouest, il y a plus de 1000 ans.
Ils y a plusieurs termes pour désigner les Gens du voyage (Tsiganes, Gitans, Manouches, Roms, Sinti, Kalès, Voyageurs…) ce sont donc bien des cousins issus de la même famille même s’ils ont choisi des lieux et des chemins de vie différents…

OUI, les uns et les autres dérangent, les moyens de les exclure sont différents, adaptés à leur statut, à leur intégration, à leur mode ou à leur nationalité mais nous sommes dans la même logique de haine que développe sarkozi et ses sbires depuis leur arrivée au pouvoir.

Le combat pour résister à cette forfaiture est donc le même. Unissez-vous, unissons-nous!!!!!

Mais allons plus loin, aujourd’hui ce sont les Roms, les Gitans, les Gens du Voyage, qui sera demain dans la ligne de mire du sarkozisme. Demain ce sera le tour de qui ? De vous, De moi, De nos amis ou connaissances ?

Demain, on retirera peut-être la nationalité de ceux qui n’auront pas été sage ! Oh c’est vrai ils ont déjà commencé à y penser. Cela commence par des délinquants mais jusqu’ou cela ira ?

Gouvernez en stigmatisant, en opposant tour à tour tous les groupes de la société, c’est la méthode choisie par sarkozi pour conserver le pouvoir en 2012. Mais quand on est président de la république, n’est-on est garant de la nation, de la cohésion sociale du pays ? Si on va a l’encontre de ce principe fondamental, ne devrait on pas être traduit devant la haute cour* (de justice) afin de répondre de nos actes ?

(Ne rêvons pas : la procédure de destitution du Président de la République en cas de manquement à ses devoirs dans l’exercice de son mandat n’est pas claire. La définition de la gravité du manquement ni sa nature ne sont pas clairement précisée dans les textes…) L’article 68 de la Constitution issu de la révision du 19 février 2007 reconnaît désormais au Parlement siégeant dans son intégralité en Haute Cour le pouvoir de destituer (et non plus de juger) le Président de la République pour « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». Après l’adoption par l’Assemblée nationale et le Sénat, en termes identiques, d’une résolution de réunion du Parlement en Haute Cour, cette dernière doit statuer dans le délai d’un mois, à bulletins secrets, sur la destitution. Tous les votes doivent être acquis à la majorité qualifiée des deux tiers des membres composant l’assemblée concernée et la Haute Cour, sans qu’aucune délégation de vote ne soit permise. Seuls sont recensés les votes favorables à la réunion en Haute Cour et à la destitution. (Bref avant qu’il n’y ait une prise de conscience générale, il reste du travail).

Patrick LECROQ
Directeur MRAP 66

Publicités

4 commentaires sur “Gens du Voyage, Roms, Gitans…

  1. Je suis bien sur entièrement d’accord avec les propos de Patrick, seulement que la plupart des associations font du corporatisme, c’est à dire que comme les bonnes dames de l’époque « nous avons nos pauvres ». Ce n’est pas une critique, c’est le constat, que chacun se bat pour son drapeau, et va au combat en ordre dispersé. On le voit en politique, avec les piètres résultats que l’on connaît. Je ne peux catégoriser la misère, et j’ai du mal à faire la hiérarchie entre les Roms, les sans papiers, les populations parquées dans nos cités laissées complètement à l’abandon. La liste n’est pas exhaustive hélas. En ce qui concerne le Mrap, qui est phagocyté par son Président Mouloud Aounit, au seul profit de sa propre promotion, il est regrettable qu’il ne puisse pas jouer le rôle qui devrait être le sien, c’est à dire être le vecteur d’une pensée humaniste, philosophique, laïque rigoureuse en quelque sorte le paradigme de la société que nous proposons :liberté, égalité, fraternité. Le Mrap de Perpignan, s’est recalé sur ces principes, et s’est éloigné des thèses de Mouloud. Il serait souhaitable qu’avec le Mrap reconstruction, il puisse rétablir le mandat initial du Mrap originel. Ainsi le Mrap serait beaucoup plus fort pour faire émergé ces idées humanistes qui demandent beaucoup de réflexions et d’abnégations. En attendant on misère dans nos petits combats. Bises à tous et toutes G.P.

  2. C’est vrai Guillaume que nous avons une responsabilité comme association de générer des solidarités, des partenariats inter-associatifs afin d’apporter un soutien le plus efficace possible aux citoyens en difficultés. Comme beaucoup d’autre j’essaie de le faire le mieux possible au nom du MRAP 66.
    Pour répondre au second point du message de Guillaume, afin de ne pas réjouir Sarkozy et sa clique et ne pas leur donner d’arme contre le mouvement associatif, je me garde de critiquer le président du MRAP national, même si j’aimerais que le MRAP national soit un peu plus porteur de valeur d’humanisme et de principe de laïcité.
    Le temps passe, les présidents changent…je ne doute pas que le MRAP national va retrouver les valeurs qui ont fait son histoire.
    Le combat aujourd’hui c’est résister à la casse humaine et sociale organisée par le pouvoir actuel, et mettre les petits différents de coté…

  3. Je pense qu’avec le film Hors la loi, nous pourrions avec le collectif,lancer un débat tout azimut politique, c’est à dire avec la mairie, l’Adimad et compagnie sur le film, la stèle, le musée. Je propose également d’inviter quelques C.R.S. pour faire les modérateurs. C’est vrai que ça risque d’être chaud, mais ce serait un bon moyen pour débattre. De toute façon, lancer l’idée, sachant que de toutes façon il y a une chance sur mille pour qu’elle se réalise, cela permettrait de voir qui a au moins le courage de se positionner et comment. Si le Mrap national était objectif, c’eut été à lui de prendre cette initiative. Tu peux passer ce message ou non, c’était pour lancer l’idée, le but étant de confronter les arguments pour essayer de se rapprocher et de se comprendre. Vu l’échange de courrier que j’avais eu avec notre bon maire, je ne pense pas qu’il se dégonflerait car ce problème, pour des raisons familiales douloureuse, et je peux le comprendre, lui tient à coeur. Bise à tous G.P.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s